COM JF

L’accueil des réfugiés

Saint-Brieuc, le 10 octobre 2016.

Les Activités Sociales de l’énergie ont été construites à partir d’un socle d’équité et de solidarité qui guide les choix politiques et l’action de vos élus depuis 70 ans.

Il y a un an, s’engager dans l’élan national d’accueil des réfugiés avait été pour les Activités Sociales de l’Energie une évidence, tout comme nous accueillons des personnes fragilisées chaque année lors des plans « grand froid » (centre de Pont-de-Clais), des oubliés des vacances avec le Secours Populaire Français, des collègues lors d’interventions d’urgence sur les réseaux ou encore des victimes de catastrophes naturelles…

Grâce à cette expérience réussie, 160 réfugiés avaient pu bénéficier d’un premier hébergement et d’une aide sanitaire et sociale sur quatre centres de vacances : Peyrat-le-Château, Luchon, Tantonville et Munster.

Les Activités Sociales ont à nouveau été sollicitées par l’Etat, en la personne de Monsieur Kléber Arhoul, Préfet Coordinateur National pour l’accueil des réfugiés. La situation honteuse du camp de Calais, marquée par des conditions de vie indignes des réfugiés et l’exaspération des habitants, ont amené les administrateurs de la CCAS à voter unanimement (CGT, CFDT, FO, CFE CGC) en faveur de cet engagement solidaire et à examiner la mise à disposition d’un certain nombre de centres de vacances.

Cette réponse immédiate de la CCAS et des CMCAS n’est en aucun cas une déclaration de soutien à la politique menée par le gouvernement. C’est un acte d’humanisme, de solidarité et de fraternité au regard de la situation intolérable que subissent ces enfants, ces femmes et ces hommes.

Concrètement pour les Activités Sociales, il s’agit de mettre à disposition des centres d’hébergement temporaire qui n’ont pas vocation à perdurer au-delà de 5 mois, à l’instar du dispositif déployé l’an passé.

Cette démarche solidaire ne se fera pas au détriment du droit aux vacances des Electriciens et Gaziers, puisque les centres proposés pour cet accueil d’urgence ne sont pas ouverts sur le réseau CCAS.

Par ailleurs, une convention nationale a été signée le 5 octobre entre le président de la CCAS et le directeur du cabinet du ministre de l’intérieur : elle établit les conditions précises telles que la durée d’accueil, les indemnisations forfaitaires par personnes hébergées, et celles prévues en cas de dégradations. Tout en rappelant que les 4 centres, mis à disposition en fin d’année dernière, n’ont subi aucun dommage.

D’autres organismes publics, parapublics et associatifs seront bien évidemment mobilisés afin que puissent être apportés à ces populations un accueil humain et digne, et des réponses sur l’accès aux soins, à la culture, à l’apprentissage de la langue…

Déjà de nombreuses associations et bénévoles, nous contactent (CMCAS, Mairie de Trébeurden, Mairie de Trégastel, CCAS / Maison Familiale de Trébeurden) pour apporter leur aide dans l’accueil des réfugiés.

Si vous souhaitez vous engager dans cette démarche solidaire, je vous invite à vous rapprocher de votre accueil de CMCAS pour vous faire connaître.

Je vous tiendrai bien évidemment informés dès l’arrivée des réfugiés sur les centres de Trébeurden et Trégastel, et durant la durée de leur séjour.

Jean-François LARHER

Président de la CMCAS Haute Bretagne

« Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays »

(Article 14 de la Déclaration universelle des droits de l’homme).

©2018 CMCAS Haute Bretagne I Mentions Légales I Vie privée

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?