Sébastien : handi-basketeur et agent Enedis

Bonjour Sébastien, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Né à Brest même, j’ai 38 ans. Je suis marié et père de deux enfants. Handicapé de naissance, j’ai toujours vécu dans un milieu «valide». Fier d’être actif, j’essaie au maximum de faire oublier ma différence. Même si au premier abord, mon fauteuil ne passe pas inaperçu, j’arrive par de petites blagues à mettre les gens à l’aise et à dédramatiser. Je pratique le basket fauteuil depuis l’âge de 13 ans.

Parle-nous de ton parcours

J’ai commencé comme gestionnaire d’affaires juridiques au service contentieux en 2003, puis j’ai intégré en 2007 la branche commerce comme conseiller clientèle. Et depuis 2009, j’occupe un poste de conseiller clientèle au sein de l’AREMABT à Saint-Brieuc.

Quelle place occupe le sport dans ta vie ?

Joueur de 1ère division et ancien international Français, je suis licencié au Club Trégorrois Handisport de Lannion. Cette passion m’amène à parcourir à travers toute la France de grandes distances. Nous rencontrons les équipes de Gennevilliers, du Cannet, Toulouse, Metz, Lille… Cette saison nous sommes qualifiés pour la coupe d’Europe en Bosnie. Cela représente plus de 12000 km de déplacements. Cela fait 26 ans que je pratique et je ne m’en lasse pas ! Nous sommes soutenus par un public nombreux et suivi dans la presse locale. Les gens sont toujours surpris par notre dextérité et combativité. Tant que l’on ne fait pas l’effort de venir voir, on ne peut qu’imaginer un sport lent et des paniers rabaissés. Moi-même c’est ce que j’imaginais avant de venir voir. L’adolescence n’est pas une période facile. On doit apprendre à assumer son image, et le fait de me proposer de faire un sport en fauteuil roulant, à une époque où je pouvais encore marcher était vexant pour moi, fan de NBA. Je ne remercierais jamais assez la personne qui m’a forcé à me rendre à un entraînement à Lesneven. Quel ne fut pas mon étonnement et mon admiration à voir l’adresse que pouvaient avoir ces sportifs ! C’est l’un des seuls sports accessible à tous. Les équipes sont mixtes. Même des valides jouent contre et avec nous. (Bien sûr en fauteuil roulant également.) Maintenant c’est de mon devoir de faire la promotion de cette discipline méconnue.
Partageant des valeurs de tolérances et de dépassement de soi, j’ai eu l’idée de proposer un partenariat avec la CCAS. Nous avons pu loger toutes les équipes à la maison familiale de Trébeurden. Tous nos concourants ont gardé un souvenir sympathique de cet évènement, et nous ont remercié pour la qualité d’accueil. Nous remercions grandement la CCAS pour l’aide qui nous a été accordée.

Et la participation à la Coupe de France ?

Nous rencontrions l’équipe de Paris en 8ème de finale. Ils évoluent en 2ème division, cependant nous avons réussi à les battre difficilement. Les hommages rendus à nos anciens joueurs, nos bénévoles, sponsors et nos familles, nous ont quelque peu déstabilisés à cause des fortes émotions partagées. Une belle communion avec notre public.

Le lendemain nous nous sommes inclinés en quart de finale devant l’équipe de Meaux. C’était la première fois de notre histoire que nous nous qualifions à ce niveau de la compétition. Au-delà de cette défaite, le bilan est plus que positif. Nous avons prouvé aux hautes instances de la fédération que grâce à des soutiens comme celui de la CCAS, nous sommes dans la capacité d’être organisateur d’évènements nationaux comme internationaux. Qui sait ? Pourquoi pas organiser une phase finale de Coupe d’Europe ?

©2019 CMCAS Haute Bretagne I Mentions Légales I Vie privée et CGU

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

%d blogueurs aiment cette page :